Le prix de la revue « Lobby » – 2013 sociale mais mention « peut mieux faire pour les femmes »

Catherine 23 décembre 2013 0
Le prix de la revue « Lobby » –  2013 sociale mais mention « peut mieux faire pour les femmes »

« Lobby » est le nom de la revue belge francophone du leadership. Elle est le relai dans la presse des actions de tous les « leaders » qui sont au cœur de l’actualité en Belgique : ministres, administrateurs, CEO, porte-parole, avocats, consultants, etc. « Leader » signifie aussi « leader d’opinion » dont la mission consiste à communiquer avec l’opinion en général et avec les médias en particulier.

Chaque année, la revue décerne ses prix aux meilleurs leaders sur base, uniquement, de critères médiatiques. Les meilleurs communicateurs sont ainsi célébrés.

En cette année 2013, les « Lobby Awards » ont concerné onze domaines: économie, avocat pénaliste, leader politique, leader féminin, institution, cercle d’affaire, porte-parole, leader culturel, sportif, leader européen et chef d’entreprise de l’année.

Sans grande surprise, le prix du leader politique a récompensé en première position le Premier-ministre, Elio di Rupo, suivi par le Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, et par Melchior Wathelet, Secrétaire d’État à l’Environnement, à l’Énergie, à la Mobilité et aux Réformes institutionnelles.

L’avocat pénaliste félicité pour son année 2013 a été Maître Georges-Henri Beauthier. Dans un bref discours, il a surtout défendu la cause de la pauvreté, en rappelant qu’elle était toujours trop importante en Belgique.

Le prix de l’institution de l’année a été remis au Palais Royal. La revue « Lobby » a fait l’éloge de la bonne communication de la Royauté, que ce soit pour l’abdication du Roi Albert II ou par les Joyeuses entrées du Roi Philippe, entre autres.

L’award du meilleur chef d’entreprise a élu Eric Domb, fondateur de Pairi Daiza. Ce projet, auquel personne ne croyait, est aujourd’hui à la tête du premier parc zoologique de Belgique et des Pays-Bas, en termes de fréquentation.

Le leader européen était en revanche plus inattendu. Il a été décerné à Philippe Lamberts. Cette personnalité politique, membre du parti politique Ecolo et député européen, au départ méconnue du grand public, a littéralement fait le « buzz » médiatique en 2013, notamment grâce à l’adoption des réglementations bancaires européennes.

Le prix du porte-parole a été remis à « Monsieur Test-Achats », Jean-Philippe Ducart, véritable lobbyiste et défenseur des droits des consommateurs.

Corinne Boulangier, directrice de la station La Première, a, pour sa part, reçu l’award du « leader féminin ». En l’acceptant, elle n’a pas caché sa volonté que cette catégorie disparaisse à terme et que les femmes fassent tout simplement partie de tous les palmarès de toutes les catégories. Elle a évidemment été applaudie par les femmes – pas si nombreuses non plus – de l’assemblée au Théâtre du Vaudeville.

Le prix du leader culturel a été remis à Hervé Hasquin pour son action, entre autres, de la métamorphose de l’Académie Royale – en à peine cinq années.

Le cercle d’affaires 2013 a récompensé le Cercle de Lorraine. L’occasion a été donnée à son dirigeant de rappeler le passage de Bart De Wever tant décrié par la presse belge.

Enfin, le « Lobby Award » du sportif 2013 a été attribué à Vincent Kompany. Etant dans l’impossibilité de participer à l’évènement, son père est venu chercher le prix. Dans un émouvant discours, Pierre Kompany a félicité son fils de ses actions humanistes et mentionné sa femme défunte depuis 2007, Joseline Fraselle.

La soirée fut ainsi une soirée à messages, pour la plupart assez sociaux : cause des femmes, sans-abris, initiative pour les consommateurs. Elle a reflété les préoccupations des médias pendant cette année 2013, mais aussi plus globalement, celui de la population belge, toujours inquiète de la crise.

Leave A Response »