Comment faire baisser le chômage?

Aurelie 29 janvier 2014 0
Comment faire baisser le chômage?

Il existe des facteurs qui peuvent inverser la tendance actuelle: il faut trouver le bon équilibre entre des mesures qui visent à maintenir l’emploi dans des secteurs à haute densité de main-d’œuvre et investir dans les secteurs durables, innovants et à haute valeur ajoutée, pour créer des emplois.  Il faut également soutenir les PME car elles représentent la majorité des emplois! Il faut donner confiance aux acteurs économiques afin qu’ils aient envie de se projeter dans l’avenir et créer de nouveaux emplois. Il faut booster l’envie d’entreprendre. Il faut enfin un système bancaire qui soutienne l’économie réelle, qui soutienne des projets porteurs d’emploi!

Deux facteurs qui jouent contre l’emploi sont, d’une part, l’automatisation croissante de la production industrielle et des services, d’autre part, la délocalisation partielle de l’économie. C’est pourquoi il est si important d’investir dans la recherche et le développement, de permettre à chacun de se former continuellement pour s’adapter en permanence aux changements.

Quelle intervention de l’Etat? Comment gérer les périodes de restructuration des entreprises?  Comment éviter de soutenir des filières qui ne sont plus porteuses d’avenir tout en protégeant les employés de ces filières? Comment investir dans des filières durables, justes socialement? Comment protéger le savoir-faire, les technologies, les brevets d’un pays dans le cadre de la mondialisation? Pour toutes ces questions, l’intervention de l’Etat a tout son sens. Une politique d’investissement public, un engagement de l’Etat auprès des acteurs économiques, cela représente un ­effet de levier qui stimule l’investissement privé.

Faut-il davantage de flexibilité? Les experts économiques nous indiquent que pour lutter efficacement contre le chômage, il faut une plus grande flexibilité du marché du travail. Pour que les entreprises aient envie d’engager de nouvelles personnes, elles doivent pouvoir disposer de règles plus souples au niveau contractuel. Cela mène-t-il  à une baisse du chômage ou plutôt à une hausse de la précarité? Cela va dépendre du degré de confiance des entreprises et de leur volonté de se projeter de manière optimiste dans l’avenir.

Pourquoi réduire les charges des entreprises?  Les entreprises ont besoin de pouvoir investir, de former leurs employés, de développer leurs marchés. Pour tout cela, elles ont besoin de disposer de marges bénéficiaires. Comment disposer de plus de bénéfices? En réduisant les charges des entreprises, notamment via la baisse des charges sociales payées pour leurs employés. Il faut des marges suffisantes pour embaucher car une entreprise qui est en ‘survie’ a besoin de marges pendant plusieurs années consécutives avant de pouvoir créer de nouveaux emplois.

En France, le président François Hollande a promis de baisser le coût du travail. Les entreprises vont-elles accroître leurs embauches pour autant? Une baisse de cotisation de 100 euros sur un salaire de 3.000 euros n’a pas du tout les mêmes conséquences en termes d’emplois qu’une baisse de 100 euros sur un salaire de 1.000 euros. Des études montrent que les allégements de cotisations sociales ont un impact maximal en termes de création d’emplois s’ils sont concentrés uniquement sur les salaires très proches du SMIC. Par ailleurs, même si les charges baissent pour les entreprises, étant donné l’obsession de certaines à réduire leurs coûts plutôt qu’à investir, rien ne garantit qu’elles vont globalement créer des emplois…

Il existe des limites à ce type de politique car une baisse massive des cotisations sociales prive l’Etat de recettes publiques, ce qui diminue donc ses moyens de redistribution, de protection. Le risque est alors que les inégalités et la pauvreté progressent… De plus, il faut aussi tenir compte du poids de la finance qui pousse les entreprises à se restructurer en permanence, et à préférer investir leurs profits sur les marchés boursiers plutôt que dans l’économie réelle.

En conclusion

La création d’emploi est un processus plutôt lent et doit s’inscrire dans une politique de moyen et long termes – tout le contraire d’un politique mue par des perspectives électorales!

L’emploi ne dépend pas seulement de la fiscalité, c’est un problème général de confiance.

Soutenir les filières durables, c’est non seulement positif pour la planète et les générations futures, mais c’est aussi positif pour créer des emplois.

Le grand défi, c’est de reprendre confiance en l’avenir, y compris nous-mêmes dans nos choix professionnels…

Leave A Response »