Comment rester optimistes face à un monde si incertain?

Aurelie 28 mars 2014 0
Comment rester optimistes face à un monde si incertain?

Selon Eurostat, l’institut européen des statistiques, le taux de chômage se situe autour de 12 % dans la zone euro. Les situations nationales restent très différentes: les taux de chômage les plus élevés sont observés dans les pays du sud de l’Europe : Grèce, Espagne, Chypre et Portugal. L’OCDE indique que « la proportion de personnes vivant dans des ménages ne disposant d’aucun revenu du travail » dépasse 15 % en Grèce, en Irlande, en Espagne, en Belgique, en France, en Italie.

Qu’en est-il dans le reste du monde? L’Ukraine, l’Inde, l’Indonésie, la Turquie, le Brésil et l’Afrique du Sud ont en commun des faiblesses économiques et politiques. En Libye et en Egypte, le printemps arabe tarde et fait grimper le mécontentement, la guerre civile fait rage en Syrie et couve au Yémen ; l’Irak, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan forment un « arc » d’instabilité. En Asie, il existe des conflits territoriaux entre la Chine et plusieurs de ses voisins (le Japon, les Philippines, la Corée du Sud et le Vietnam).

Peut-on être raisonnablement optimiste dans un tel contexte mondial? Ou s’agit-il plutôt d’être réaliste et de rester positif en acceptant que désormais, nous vivons dans un monde où règnent beaucoup d’incertitudes?

Pour les plus optimistes, la croissance globale du revenu par habitant et la montée des classes moyennes dans les pays émergents vont favoriser le développement économique à long terme et la stabilité politique. Mais en Europe et aussi dans le reste du monde, les classes moyennes ont subi différents chocs économiques. Tout cela pousse les populations à désirer une meilleure gouvernance et plus d’engagement en faveur d’une politique de croissance économique durable.

Mais d’ici à ce que la situation s’améliore nettement, il faudra encore gérer un grand nombre d’incertitudes… Allons-nous connaître un repliement économique au niveau national? Des changements de gouvernement vont-ils permettre d’entamer un virage politique et économique? Toute réforme structurelle nécessite des sacrifices à court terme, sommes-nous prêts à les vivre? Comment gérer la hausse des inégalités?

Le cap à suivre est clair: il faut viser une croissance économique durable, juste et inclusive, de manière à réduire les inégalités, à fournir une protection sociale aux plus démunis, à maintenir des services publics de qualité, à investir dans l’éducation, la formation, la santé, les infrastructures et l’innovation. Il faut limiter le pouvoir des oligopoles économiques et financiers et assurer une véritable égalité des chances pour tous. Vaste chantier qui en effet comporte beaucoup d’incertitudes mais gardons le cap, restons confiants et optimistes! Et apprenons à vivre dans l’instabilité…

Leave A Response »