Clarissa Pinkola Estes, « Femmes qui courent avec les loups »

Aurelie 26 mai 2014 Commentaires fermés sur Clarissa Pinkola Estes, « Femmes qui courent avec les loups »
Clarissa Pinkola Estes, « Femmes qui courent avec les loups »

Clarissa Pinkola Estes est psychanalyste, américaine, d’origine mexicaine, née en 1944. Clinicienne jungienne, elle est spécialisée en soins post-traumatiques. Pendant des années, Clarissa a travaillé avec des familles de victimes.

clarissa-pinkola-estes-763142

Clarissa Pinkola Estes a écrit un livre dans lequel elle revisite les contes et mythes afin de dévoiler la nature profonde des femmes.Le message principal du livre est le suivant: renouer avec notre ressenti intérieur, avec la ‘femme sauvage’ en nous, nous permet de vivre selon notre intuition, de disposer d’une vision claire, d’être créative, de vivre des relations d’amour très fortes, de pleinement nous épanouir et de ne plus jamais nous sentir des victimes.

« Une femme qui est coupée de sa nature ‘sauvage’ est perpétuellement en doute, se sent impuissante, a peur d’agir, se sent incapable d’assumer ses désirs, d’aller jusqu’au bout de ses projets ». Elle sacrifie sa créativité aux autres, est indécise et a du mal à se fixer des limites. En se conformant aux désirs de autres, elle s’éloigne d’elle-même, de ce qu’elle est profondément.

Une femme ancrée en elle et en lien avec sa nature profonde, est bien dans son corps, parle et agit en son nom propre avec aisance, se sent constamment en éveil, respecte ses propres rythmes et recourt à son intuition pour choisir et agir. La conséquence d’être en phase avec soi-même est de disposer d’une pleine confiance en soi, qui ne dépend ni des autres ni des événements extérieurs.

D’après l’auteur, tout femme peut renouer avec sa nature ‘sauvage’. Le meilleur moyen est de pratiquer des activités telles que la méditation, la danse, l’écriture, le chant, la peinture. Ces moments de créativité nécessitent de plonger au coeur de nous-mêmes, de nous laisser envahir par le flux des idées, images et sensations qui nous inspirent. Il s’agit aussi de régulièrement ‘nettoyer’ sa façon de penser, d’agir, de ‘balayer’ le jugement des autres. Ainsi, être une femme ‘sauvage’ cela demande des efforts ! Plus nous sommes conscientes de ce qui entrave notre épanouissement, plus nous savons ce que nous voulons, plus ce ‘travail’ de connexion avec soi-même sera facile.

Etre une femme sauvage c’est aussi oser ne pas être ‘gentille’, assumer des traits de caractère que l’éducation refuse généralement aux femmes. « La douceur a sa place dans le sauvage mais le sauvage ne peut trouver longtemps sa place dans la douceur’… Aiguiser son intuition, son regard, c’est disposer d’un oeil de plus en plus perçant pour ne plus perdre de temps et pour faire les bons choix ! Regard d’aigle, envol d’oiseau, ténacité d’un fauve, telle est ma vision de la femme sauvage ! Quelle est la vôtre ? 🙂

Le livre de Clarissa Pinkola Estes: Femmes qui courent avec les loups

Comments are closed.