Le malaise des employés, êtes-vous concernés?

Aurelie 25 septembre 2014 Commentaires fermés sur Le malaise des employés, êtes-vous concernés?
Le malaise des employés, êtes-vous concernés?

Le thème de la souffrance au travail est de plus en plus médiatisé. Aujourd’hui, on parle du « malaise » des employés, des managers: absentéisme, stress, burn-out, suicides même dans des situations extrêmes. Un livre, ‘Le silence des cadres’, basé sur plus d’une centaine de témoignages, propose une analyse de ce malaise.

Le nombre de managers a fort augmenté ces dernières années mais leur marge de manoeuvre a diminué. Beaucoup d’employés ressentent un conflit de valeurs dans le cadre de leur vie professionnelle. Ce qui donne lieu à ce malaise et à une crise: des employés ont le sentiment qu’ils n’ont rien à gagner – et plutôt tout à perdre! – à passer à l’échelon supérieur.

Comment gérer le quotidien quand on a à la fois théoriquement plus de responsabilités et qu’en même temps on se sent éloigné(e) du réel pouvoir de décision? Le sentiment généralisé est que le pouvoir réside dans les mains des actionnaires et dirigeants et non dans celui des employés, aussi ‘haut’ soient-ils dans la hiérérachie. Comment suivre et saisir les orientations stratégiques de son entreprise et se sentir encore en phase avec ce qui est décidé si loin de soi?

Il y a désormais un décalage entre les annonces d’emploi qui survalorisent le côté créatif des candidats, des entreprises qui annoncent chercher de fortes personnalités, et la réalité une fois engagé(e)… Où est la marge de créativité et d’innovation quand il s’agit d’appliquer à la lettre un process, des procédures, quand il s’agit d’être évalué(e) uniquement sur base d’indicateurs chiffrés? Il s’agit plus d’exécuter que de gérer ou créer.. Il faut être hyper présent et rebondir sur toutes les balles ! Comment avoir des discussions ‘de fond’ avec ses supérieurs quand toute tentative de réunion informelle est perçue comme un manque d’implication quotidienne?

Avez-vous déjà eu l’impression d’être ‘sous-utilisé(e)’? Terme grossier mais qui a le mérite d’être clair! En d’autres mots, votre job vous permet-il de déployer toutes vos aptitudes et compétences, aussi bien intellectuelles qu’émotionnelles? Très souvent, la première compétence demandée aujourd’hui par les entreprises est la réactivité. Elle passe devant la qualité du travail. Cela crée une frustration: la volonté de bien faire est brimée par la nécessité de travailler vite. Le fossé se creuse entre le niveau d’études toujours plus élevé demandé pour accéder à certains postes et l’impression d’exercer un travail de plus en plus exécutif. Parfois, le travail de réflexion est même confié à des consultants extérieurs, comble de la frustation!

Alors, que faire? Se taire? Partir? Ou tenter une troisième voie… Rester et changer les choses de l’intérieur, en commençant par soi-même? Comment concilier ses attentes, ses envies et … ses besoins?

Des employés décident parfois d’abandonner la course et de tenter l’aventure dans un environnement a priori plus favorable, plus sensé et plus durable. Et pourquoi pas créer son propre job, faire aboutir un projet qui nous tient à coeur, créer soi-même une entreprise? Ou rejoindre une association, une ONG, l’économie solidaire?

Quand des employés tentent une reconversion vers un autre secteur, le choc des cultures peut être rude si on n’y est pas bien préparé..

Les changements de vie radicaux et réussis existent! Il ne faut cependant pas sous-estimer le temps, les ressources financières ou le réseau nécessaires.

Loin de vouloir vous décourager, je pense qu’il est très sain de se poser d’abord toutes les bonnes questions avant de se lancer dans une ‘autre’ vie. On peut réaliser que le malaise vient aussi de notre état d’esprit et que l’on peut agir au sein de sa vie d’aujourd’hui!

Entre avoir envie d’autre chose et passer à l’acte, il y a souvent un fossé à combler! Mais cela ne doit pas nous arrêter! Plus nous remettons le système en question, plus nous alignons nos actes sur nos valeurs, plus nous osons reprendre notre autonomie, notre ‘pouvoir’ sur nous-mêmes, plus nous pouvons sortir de ce malaise et entrer dans une véritable zone de confort!

Comments are closed.