Nos fringues sont-elles éthiques ?

Aurelie 21 septembre 2015 0
Nos fringues sont-elles éthiques ?

La mode est l’un des secteurs les plus polluants et générateur d’esclavage au monde! L’an dernier, H&M avait jeté un pavé dans la mare en présentant sa stratégie «Fair Living Wage». De son côté, Inditex (Zara, Massimo Dutti, Pull and Bear, etc.) assurait avoir mené plus de 3500 audits de contrôle des bonnes pratiques de ses fournisseurs, notamment sur la question des salaires. Si elles saluent ces engagements, les associations déplorent que les marques «ne définissent jamais un objectif de salaire décent». Nous, les consommateurs, sommes-nous prêts à choisir des vêtements ‘clean’ à tous points de vue? Sommes-nous prêts à acheter moins? A recycler plus?

2013_51_prix_t_shirt

Comment s’habiller de manière éthique?

  1. En se renseignant sur l’origine des vêtements: des marques ont fait de la traçabilité leur cheval de bataille, comme Ekyog. « De la culture à la filature, en passant par la teinture, nous sommes capables d’identifier toutes les personnes qui sont intervenues sur un modèle », explique Sabrina Cherubini, directrice marketing de la marque. « Les flashcodes présents sur certains modèles permettent même au consommateur d’accéder à l’histoire du vêtement, racontée sous forme d’anecdotes ». Même souci de lisibilité chez Veja, raconte Sébastien Kopp, co-fondateur de la marque de baskets: « Le coeur de notre projet c’est la transparence et la traçabilité des produits. Nous sommes partis des matières premières, le coton, le caoutchouc et le cuir, en raccourcissant la chaine de production et en y ajoutant une plus value sociale, économique et environnementale. »
  2. En privilégiant les matières naturelles: au coton conventionnel, dont la culture est la plus polluante au monde, on préfèrera le coton biologique, le lin ou le chanvre. Pour le cuir, il faut privilégier les tannages végétaux et surtout sans chrome, encore pratiqué en Asie, malgré les interdictions européennes ». Pin-up bio, blogueuse et conseillère en image éthique, recommande les matières biologiques afin d' »éviter les tissus toxiques contenant des métaux lourds et des perturbateurs endocriniens ». « N’oublions pas que la peau est un organe totalement perméable: on peut ainsi retrouver au minimum 60 composés toxiques, comme le mercure ou le plomb, dans le corps d’une femme adulte », observe-t-elle. Vive la mode en mode bio !
  3. En pratiquant le slow-wear: à la mode jetable et à la surconsommation, on préfèrera le « Buy less, Choose well, Make it last » de la créatrice britannique Vivienne Westwood. « Bien consommer, cela commence d’abord par ne pas acheter n’importe quoi », explique Pin-up Bio. « Quand on sait qu’une femme ne porte en moyenne que 30% de sa garde-robe, on a une idée de l’ampleur du gaspillage », déplore-t-elle. Faire le choix d’un produit qui va durer au fil des lavages est un bon investissement. Et vive le seconde main, le vintage et les vide-dressings !

Les fringues éthiques, cela coûte-t-il plus cher? « Nos baskets coûtent sept fois plus cher à produire que nos concurrents car nous préférons mieux payer les gens qui travaillent pour nous », explique le co-fondateur de Veja. « Pour autant, nous arrivons aux mêmes prix que les grandes marques car nous n’avons aucun frais de publicité ou d’égérie ».

Des idées de marques éthiques ? Voici une liste ! Pampa & Pop est une marque de mode éthique qui décline les textiles, selon les règles du commerce équitable. Sa particularité : toutes ses collections s’axent autour du cuir et du coton biologique de qualité.

Chers curieuses et curieux, merci de partager vos bons plans !

 

Leave A Response »