Bonheur au travail: l’impossible équation ?

Aurelie 8 octobre 2015 0
Bonheur au travail: l’impossible équation ?

Nous vivons un paradoxe: l’explosion du nombre de burn out alors que l’on ne s’est jamais autant soucié du bonheur et du bien-être au travail. Le livre « La comédie humaine du travail » de Danièle Linhart est très éclairant car il met en évidence le constat « qu’au moment où on en demande de plus en plus aux salariés – engagement total et prise de risque, face à un travail de plus en plus complexe – on les plonge dans un état de fébrilité, un sentiment de peur et d’impuissance qui tend à paralyser leur activité ».

Danièle Linhart explique: « Plus on insiste sur l’humanité des salariés, et moins on les prend au sérieux comme expert de leur travail, ayant leur mot à dire dans les choix organisationnels et stratégiques de leur entreprise. Ce sont toujours d’hommes et de femmes qu’il s’agit, et non de professionnels qui peuvent avoir un point de vue argumenté sur le changement proposé. […] Le drame du travail contemporain ne vient pas, paradoxalement, de ce qu’il est déshumanisant mais au contraire du fait qu’il joue sur les aspects les plus profondément humains des individus. Au lieu de s’adresser aux registres professionnels qui permettent d’établir une délimitation entre ce que ces individus engagent au travail et ce qu’ils sont, le management moderne joue sur le registre personnel des salariés. » Elle est soucieuse de rappeler que « c’est sa professionnalité, justement, que le salarié veut voir respecter, laquelle constitue sa force et lui donne sa légitimité. Bien plus que sa dimension d’être humain, qui n’est pas remise en cause. » Pour elle, dans la vie de l’entreprise « se cache une réalité bien plus aride : celle de l’inconfort, voire d’un certain degré de souffrance comme levier pour obliger le salarié à rendre les armes et à se transformer en relais efficace des méthodes et de la qualité de travail voulues par leur direction. »

Ma compréhension de l’enjeu est la suivante: en nous focalisant sur notre métier, nos compétences professionnelles, en mettant en avant le travail que nous accomplissons, nous pourrons gagner plus de respect, de confiance et de valeur, nous pouvons espérer sortir de la subjectivité, éviter des jugements sur notre personne. La recette du bonheur au travail est-ce de nous focaliser sur les aspects ‘purement’ professionnels? Car après tout, si nous travaillons, c’est pour gagner notre vie, pas pour acquérir une valeur personnelle n’est-ce pas ?!

Ressentez-vous un inconfort – entre l’envie d’être apprécié pour ce que vous êtes ou pour ce que vous faites – dans votre vie professionnelle ?

Leave A Response »