Journal d’une backpackeuse

Catherine 10 août 2016 0
Journal d’une backpackeuse

En partant à la découverte du Canada (enfin… d’une partie du Canada!), je suis tombée sur plusieurs magazines locaux, dont quelques pages faisaient la critique de livres. Un ouvrage a particulièrement retenu mon attention: « Journal d’une backpackeuse » ou le titre exact (à rallonge) : « A la fin ils ont dit à tout le monde d’aller se rhabiller ».

Ce récit en fragments met en scène Chloé, une jeune Québécoise, qui déambule dans les paysages que lui offre l’Amérique du Sud. Elle dresse plusieurs portraits du pays qui l’a adoptée : les comportements et les attitudes de ses colocataires ; les cafés de son quartier et les chemins de toute sorte mais aussi les coups de froid/chaud et quelques baisers volés … Elle est en exil dans un pays où son désir oscille entre la solitude et la fascination pour l’Autre.

Résumé :
Du toit, j’aperçois des bateaux dans le port, des gratte-ciel, des colonnes de voitures empêtrées. Mais je ne vois pas les fourmis ni les enfants qui pleurent. Il faut que je me contente d’imaginer qu’il y a plus d’aimés qui se retrouvent que de veuves obèses qui se coupent les doigts par distraction. Il y a beaucoup de choses qu’on dit, dans la vie, qui ne s’avèrent pas vraies.

« À la fin ils ont dit à tout le monde d’aller se rhabiller » est un récit d’errance, qui passe de la vacuité maussade de l’existence à sa beauté incongrue.

Laurence Leduc-Primeau est née et a grandi à Montréal. Aventurière déjà dès son plus jeune âge, elle partait faire de la haute voltige équestre ou faire du stop pour la Gaspésie avec un guitariste rebelle rencontré la veille dans un bar. Plus tard, elle a commencé à écrire.

En 2015, elle a publié des nouvelles : « Les enfants ». Aujourd’hui, « À la fin ils ont dit à tout le monde d’aller se rhabiller » est son premier roman.

Leave A Response »