Et si nous arrêtions de sur-consommer ?

Aurelie 19 juillet 2018 0
Et si nous arrêtions de sur-consommer ?

Le zéro déchet a le vent en poupe ! Cela nous permet de prendre conscience de l’absurdité de certaines de nos habitudes et de constater que tant de produits sont constitués de plus d’emballage que de contenu… Allons un pas plus loin.. et si nous prenions le problème à la racine: si nous arrêtions de sur-consommer !

Le livre « J’arrête de surconsommer : 21 jours pour sauver la planète et mon compte en banque » a été rédigé Marie Lefèvre et Herveline Verbeken. Elle sont bloggeuses et ont créé le groupe Facebook Gestion budgétaire, entraide et minimalisme (Bienvenue en Licornie!). Elles nous invitent à questionner notre manière de consommer, de gérer notre budget et attirent notre attention sur ce qui se joue derrière un simple geste de consommation en termes de pollution, d’exploitation humaine et animale, de commercialisation, de santé ou encore de gaspillage des ressources naturelles. Marie et Herveline nous proposent des alternatives pour faire nous-mêmes, bricoler, cultiver, …

66c6a9a46a

Rappelez-vous que la simplicité est un trésor. Envier le voisin ou pester contre la société qui ne vous permet pas d’avoir tout ce que vous souhaitez sans vous endetter de mille façons est un frein dans votre épanouissement car il y aura toujours plus riche et plus consumériste que vous. Se contenter de ce qu’on a, c’est souvent la manière de se recentrer sur l’essentiel : les gens qui vous aiment, en particulier.

On nous fait croire que posséder tel ou tel objet nous rendra heureux, qu’il renverra une image de nous-mêmes [au choix] plus à la mode, plus performant, plus beau, plus cool, plus sûr de soi. Mais c’est juste une image. Cela nous apporte seulement l’illusion d’un bonheur qui est éphémère et déconnecté de nous-mêmes. Dans ce schéma, nous avons toujours besoin d’autre chose pour être heureux.

Non, nous n’avons pas besoin d’une énième robe alors que notre penderie déborde, pour améliorer notre confiance en nous. Des câlins de nos enfants, de la reconnaissance de notre conjoint, en revanche, oui.

Et si nous nous mettions au défi suivant: chaque fois que nous nous apprêterons à acheter quelque chose, posons-nous la question toute simple: ‘En ai-je vraiment besoin ?‘ Quelque chose me dit que ce sera déjà très révélateur non ? 🙂

Leave A Response »