Burn-out, bore-out, brown-out ?

Catherine 5 février 2019 0
Burn-out, bore-out, brown-out ?

Absentéisme, désinvestissement, démotivation, absence de réactions aux propositions du groupe, isolement, baisse du sentiment de compétences, ces facteurs sont autant de signes révélateurs d’un « brown-out ». Légèrement différent du « burn-out », les deux sources principales sont l’accomplissement de tâches jugées inutiles et la non-adhésion aux valeurs de l’entreprise.

Ce phénomène est symptôme d’un malaise plus général dans les entreprises et s’apparente à une sorte de crise existentielle professionnelle assez répandue parmi les employés. Signal d’alarme pour les entreprises? Sans doute.

Pour plusieurs consultants RH, le manager a la mission d’être là pour clarifier la situation avec l’employé en prise avec le « brown-out ». Il doit lui poser des questions ouvertes et redessiner avec lui ses missions au sein de l’entreprise. « Quel sens trouves-tu à ton travail? Quels sont tes objectifs au sein de l’entreprise?, etc. » L’employé doit pouvoir lui répondre avec un discours factuel et des solutions pour améliorer le processus de travail.

Quelques chiffres montrent l’ampleur du phénomène :

  • En Belgique, deux tiers des cas d’absentéisme sont liés à des troubles psychosociaux et ergonomiques;
  • EN 2013, aux USA, 40% des dirigeants souffraient de « brown-out »;
  • 57% des travailleurs français se disent démotivés au travail;
  • L’UE estime le coût du stress dans les pays-membres à 20 milliards d’euros.

Le prochain défi sanitaire sera sans aucun doute l’hygiène psychique. Affaire à suivre de près.

Source: Trends – Juin 2018

Leave A Response »